Un café-théâtre va ouvrir en centre-ville de Reims

Au sein des Salons Degermann, rue Buirette à Reims, le Royal Comedy Club va accueillir des têtes d’affiches du moment, des artistes confirmés ou en devenir.

Une partie des Salons Degermann, lieu chargé d’histoire et classé, a été transformée en un lieu de culture, de divertissement et de création. - Royal comedy club
Une partie des Salons Degermann, lieu chargé d’histoire et classé, a été transformée en un lieu de culture, de divertissement et de création. – Royal comedy club

Ce sera une salle moderne et, en même temps Art déco, magnifique à l’image du lieu. On va s’y sentir bien », assure le producteur David Hardit, patron des lieux. À Reims, il n’y a plus de théâtre ou de petite salle de spectacles en centre-ville, depuis la fermeture de l’Affiche, avenue Jean-Jaurès, il y a quelques années. « Aujourd’hui, pour voir une tête d’affiche, il faut aller dans une grande salle : au K à Tinqueux, au Millesium d’Épernay ou au Capitole à Châlons  », fait remarquer David Hardit.

Au Royal comedy club, tel est le nom du nouvel établissement, « on pourra venir voir des célébrités dans un lieu intimiste et hyper convivial. » C’est une petite salle de 100 places, « permettant une réelle proximité avec l’artiste ».

Dénicheur de talents

«On veut aider, accompagner les artistes régionaux. On a beaucoup de jeunes talents en France qui ont besoin de lieu pour s’exprimer », poursuit David Hardit. « Et puis, des artistes comme Fabrice Eboué, Anthony Kavanagh ont besoin de se chauffer dans des petites salles avant d’aller dans les Zénith. Le Royal comedy club va aussi répondre à ça. D’autant que Reims est à moins d’1h de Paris en TGV.» Au Royal comedy club, on pourra donc écouter des humoristes mais pas seulement. « Ce n’est pas cloisonné à l’humour. On ne va pas s’arrêter à ce domaine que l’on maîtrise bien », assure David Hardit. « On peut très bien accueillir des chanteurs lyriques, des groupes de gospel, un pianiste ou encore des pièces de café-théâtre. »

Booder, Bigard et Cartman

Parrain de ce nouveau lieu culturel rémois, le comédien et humoriste Olivier de Benoist, originaire de la cité des sacres. L’ouverture est prévue début novembre. Premier spectacle : Gérémy Crédeville (jeudi 12 et vendredi 13 à 20 h), « jeune humoriste que l’on voit souvent sur TF1, dans l’émission d’Arthur ».

Pour la première saison du Royal comedy club, de grosses pointures vont venir jouer leur dernier spectacle « par amitié » comme Booder (8 et 9 janvier), Jean-Marie Bigard (le 24 novembre), Cartman (le 23 janvier). « Ils croient au projet, à ce lieu qui ne sera pas comme les autres et veulent aider à le lancer. Ils donnent un vrai coup de main par leur présence. D’autres célébrités ont promis de venir aussi. »

Quant au lieu lui-même : « Les comedy club sont en général situés dans des caves. Ce sont des toutes petites salles où l’on est assis sur des bancs. Il y a un vrai contraste avec les salons Degermann, lieu classé. On aura des sièges comme au cinéma ainsi que des écrans. On étudie une technologie autour de l’hologramme. » La tarification se veut attractive. « Un lieu comme ça au centre-ville, les étudiants doivent pouvoir y venir. Pour la majorité des spectacles, le prix des places tournera entre 18 et 22 €.» Tous les spectacles « démarreront à 20 heures et seront tous finis à 21 h 30. »


Premières dates et coups de cœur

Côté programmation, parmi les artistes les plus connus, notons la venue pêle-mêle de : Marina Cars (27 et 28 novembre), Arnaud Demanche (14 janvier), Eric Collado (6 et 7 février) mais aussi Aymeric Lompret (8, 9 et 10 avril) « présent sur France Inter, tous les jours, et à l’humour très corrosif. » Les deux gros coups de cœur de David Hardit ? Mémé casse-bonbons (29 et 30 mai) : « Anne est formidable. Ce spectacle extraordinaire existe depuis 10 ans. Elle remplit toutes les salles de France mais on ne sait pas qui elle est. Elle ne fait pas de télé. C’est un cas atypique. » Ainsi que le spectacle de Valentin Reinehr (29 et 30 janvier) : « Il mérite d’être connu. Il est humoriste et il est bègue. Il a le plus grand des talents de savoir se présenter au public sans avoir peur de s’exprimer. »

MIS EN LIGNE LE 13/06/2020 – AURELIE BEAUSSARTL’Union